mardi 24 mars 2009

Hailé Sélassié Ier, roi des rois d'Ethiopie (1892-1975)

"Jah Rastafari" slogan bien connu des amateurs de reggae, mais qui est ce "Jah"?

Certains d'entre vous se posent beaucoup de questions sur un personnage central du mouvement rastafari et de son pendant musical, le reggae: Ras Tafari Makwannen (1892-1975) peut-être plus connu sous le nom d'Hailé Sélassié Ier, roi d'Éthiopie entre 1930 et 1974, règne interrompu par l'occupation de l'Italie mussolinienne entre 1936 et 1941 puis par une révolution "rouge" menée par Mengistu (resté au pouvoir jusqu'en 1991), récemment condamné pour génocide.

La conquête de l'Éthiopie par les troupes de Mussolini en 1936 (source: herodote.net)

"Jah" désigne Dieu dès l'origine du monothéisme. Le mot est utilisé 26 fois dans la Bible hébraïque, ce qui est assez peu; les juifs préférant les termes d'Elohim, Adonaï ou YHWH. Le terme Jah est par contre au coeur de la confession Rastafari, courant chrétien qui s'est développé en Jamaïque dans les années 1970, et qui a fait d'Hailé Sélassié son "Jah" c'est-à-dire l'incarnation de Dieu sur Terre, un Jésus noir en quelque sorte (le prosélytisme rastafari de Marcus Garvey (1887-1940), dont on reparlera, et la visite de Sélassié en Jamaïque en 1966 fut décisive). Précisons que Hailé Sélassié n'a jamais reconnu sa propre divinité...

Vous trouverez de plus amples informations et les réponses à toutes vos questions dans trois articles de l'incontournable histgeobox, le blog qui met en musique les programmes du lycée, consacrés au Negus Negest, roi des rois:
  • Black Uhuru, I love king Sélassié (1977)
  • Bob Marley, War (1976), chanson qui reprend en partie le discours prononcé par Hailé Sélassié à l'ONU en 1963.
  • Serge Gainsbourg, Negusa Nagast (1981) extrait de l'album Mauvaises nouvelles des étoiles, deuxième album reggae de Gainsbarre après le sulfureux Aux armes et caetera (1979). Les deux ont été enregistrés sous la houlette de Sly Dunbar et Robbie Shakespeare, icônes de la scène dub.
Hailé Sélassié, photographié à Addis-Abeba en 1930 (source: lemonde.fr)

Si vous voulez encore approfondir, jetez un oeil aux pages suivantes:
Enfin, en guise de bonus, une vidéo (en anglais, désolé) présentant l'influence de Hailé Sélassié sur le groupe jamaïcain The Abyssinians (de l'ancien nom de l'Éthiopie) et dans son tube Satta Massagana (1971) en partie chanté en amharique, langue éthiopienne, et qui signifie "rendre grâce":


Les paroles de la chanson sont ici.

1 commentaire:

J. Blottiere a dit…

merci pour les liens et bravo pour l'article. On ne se lasse pas des Abyssinians et de leurs voix sublimes.

A bientôt.

J. B.